Culture : Quel sens donner au travail ?

Image_Comte Sponville Blog No 9

Je rencontre beaucoup de personnes qui créent leur entreprise en tant qu’indépendant ou en tant que repreneur de TPE/PME car ils ont perdu le sens de leur travail au sein de leur entreprise.

J’ai plusieurs clients dirigeants d’entreprise qui sont face à des personnes désengagés et qu’ils ne savent pas gérés.

Cela m’a rappelé une conférence du philosophe André Comte-Sponville sur le sens du travail, bonheur et motivation.

Lien Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=d7u9DbLAa0k

Etymologiquement, le travail est un instrument de torture. Ne parle t-on pas de salle de travail pour une salle d’accouchement ? N’avons nous pas souvent entendu l’adage : « tu gagneras ton pain à la sueur de ton front. » Le travail du manager, du chef d’entreprise, est de faire travailler des gens qui préféreraient être rentiers. Une entreprise ne cherche pas le travail et à créer de l’emploi mais à créer de la richesse et à faire du profit pour perdurer.

Comment donner du sens au travail quand personne ne cherche le travail pour le travail ? Le sens du travail ne se conçoit pas en tant que valeur Le sens du travail n’a de signification que par l’amour que nous lui portons. Tous les collaborateurs aiment l’argent car ils en ont besoin. Travailler pour gagner sa vie, élever ses enfants, cela a du sens. Cependant le salaire n’a jamais suffit à recruter les meilleurs, à les fidéliser, à souder une équipe, à susciter l’enthousiasme, la créativité, la responsabilité. Le salaire est donc une raison médiocre de travailler.

Il est du rôle du chef d’entreprise et du dirigeant de créer les conditions favorables pour nos collaborateurs restent dans l’entreprise et s’y épanouissent en étant heureux. La question du bonheur au travail est essentielle car on travaille pour gagner sa vie et être heureux. N’est-il pas dommage d’attendre la fin de la journée de travail pour être heureux ?

Le travail n’est pas une valeur morale car son contraire (repos, loisir, temps libre) n’est pas un défaut de moralité. Par contre l’amour du travail bien fait est une valeur morale. Célébrons l’amour du travail bien fait !

Développer cet amour du travail bien fait nécessite pour nous que nos collaborateurs aiment leur travail, prennent plaisir au travail qu’ils font. Le désir est l’unique force motrice selon Aristote. Le désir est l’essence même de l’Homme selon Spinoza.

En conclusion, vous êtes le professionnel du désir de l’autre (collaborateurs et clients). N’oubliez pas d’être heureux vous-même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *